Détails

Format : Livre broché
ISBN : 9782360571840
Collection : L’Asiathèque Littérature
14 x 18 cm
Poids : 505 gr
Nombre de page : 468
Première publication : 13/02/2019
Dernier tirage : 01/2021
CLIL : 3444
BISAC : LCO004010

Livre soutenu par le CNL

Prix Émile Guimet
de littérature asiatique 2020


Funérailles molles

Traduction : Brigitte Duzan, Zhang Xiaoqiu

Autour des drames qui ont marqué la réforme agraire chinoise : une puissante œuvre littéraire qui traite de la mémoire et de l’oubli.

Prix Emile Guimet de littérature asiatique 2020.

Le roman Funérailles molles aborde le sujet sensible et dérangeant de la Réforme agraire. Ayant précédé d’une dizaine d’années la Révolution culturelle, c’est l’un des épisodes les plus meurtriers de l’histoire récente du pays, très peu traité dans la littérature chinoise en raison des tabous qui lui sont attachés. Inspiré d’une histoire vraie, le récit part d’allusionsvoilées aux événements douloureux qu’a vécus une jeune femme et qu’elle a occultés sa vie durant car le souvenir en était insupportable. Devenue âgée, elle voit soudain le passé resurgir violemment et, le choc ayant provoqué chez elle un état d’apparente prostration, revit intérieurement à l’envers, étape par étape, les drames disparus de sa mémoire tandis que son fils s’évertue à les reconstituer — jusqu’au moment où il y renonce, l’oubli lui semblant préférable.Ce roman apparaît à la fois comme un document exceptionnel et comme une oeuvre littéraire majeure. Aussi intéressant par le fond que par la forme, il dépasse le cadre de la Réforme agraire chinoise pour livrer une réflexion universelle et toujours actuelle sur la tentation de l’oubli et le devoir de mémoire dans un contexte où la vérité historique se révèle insaisissable.

Livre papier 24,50 €

BIOGRAPHIES DES CONTRIBUTEURS

Fang Fang

Née en 1955, Fang Fang est l’une des grandes écrivaines contemporaines chinoises. Elle est l’une des principales initiatrices du courant néoréaliste qui a marqué la littérature chinoise à partir des années 80, notamment avec la publication d’Une vue splendide en 1987 (Philippe Picquier, 1995, Picquier Poche, 2003). Elle décrit dans ses oeuvres la misère du prolétariat urbain dans la Chine du miracle économique - misère qu’elle a bien connue - au travers de destins souvent tragiques, mais d’un ton froid où perce parfois une note d’humour tout aussi froid. Ces dernières années elle a développé une réflexion sur le passé et l’histoire où elle aborde souvent des mouvements politiques rarement traités car relevant de sujets sensibles.

Brigitte Duzan

Brigitte Duzan, est chercheuse indépendante en littérature et cinéma chinois et traductrice du chinois. Fondatrice et animatrice de deux sites web de référence : chinesemovies.com.fr sur le cinéma chinois et chinese-shortstories.com sur la littérature chinoise. Ses recherches et ses traductions sont principalement axées sur la littérature féminine chinoise et la nouvelle chinoise, en littérature ancienne et contemporaine, ainsi que sur le cinéma adapté de cette littérature. Elle est animatrice du Ciné-club Chine de l’INALCO, du Cycle littérature et cinéma chinois de l’université de Paris (ex-Paris-Diderot), fondatrice et animatrice du Club de lecture du Centre culturel de Chine à Paris.


TABLE DES MATIÈRES

I
1. Conflit intérieur
2. Le bruit de l’eau dans la rivière
3. Elle aime la solitude
4. Elle n’a pas l’esprit en paix
5. Plus d’épine empoisonnée
6. Dans son monde intérieur ne reste que le temps
7. Pas besoin de souvenirs
8. Le nom de Dingzi
II
9. Je te ramène à la maison
10. Qierenlu ou Sanzhitang ?
11. Dans mon souvenir, c’était rouge
12. Frappée avec la crosse d’un fusil
13. Un abîme noir et profond
III
14. Au restaurant de nouilles, un vieux compatriote
15. Vivre, son affaire maintenant
16. Partir dans le Sud
IV
17. Mauvaise surprise pour Qinglin
18. Une personne pleine de mystère
19. Son esprit est ailleurs
20. Une vieille valise en cuir
V
21. L’escalier dans l’obscure lueur
22. Non, il n’en sera pas ainsi !
23. Enfer, niveau un : clameurs dans la rivière
24. Enfer, niveau deux : le bateau chavire
25. Enfer, niveau trois : course éperdue dans la montagne
VI
26. Une vie peu occupée peut être fatigante aussi
27. Le grand puits de la Digue des peupliers
28. L’histoire d’une famille
29. Manger du poisson grillé à Wanzhou
30. Qinglin sent brusquement ses sentiments changer
31. Poussière, tout est poussière
32. Qierenlu ?
33. Toute déviation excessive doit être corrigée
VII
34. Enfer, niveau quatre : sous les cannas du mur de l’Ouest
35. Enfer, niveau cinq : funérailles molles dans le jardin
36. Enfer, niveau six : le dernier dîner
37. Enfer, niveau sept : un messager apporte une nouvelle
VIII
38. Comment une silhouette peut-elle sembler aussi familière ?
39. Tu es sûr d’avoir vu son père ?
40. Et ainsi s’achève une vie humaine
IX
41. Enfer, niveau huit : laissez-moi mourir
42. Enfer, niveau neuf : cette vie a-t-elle encore un sens ?
43. Enfer, niveau dix : frère, où es-tu ?
X
44. Qinglin commence à lire
45. Mon père s’appelait-il vraiment Dong ?
46. Et la vie recommence
47. Sans nom de famille
48. Qinglin est effrayé
49. Mon souhait le plus cher est d’épouser Ding Zitao
50. Conjectures et questions à résoudre
XI
51. Enfer niveau onze : je veux aller chercher mon frère
52. Enfer, niveau douze : course précipitée
53. Enfer, niveau treize : tout est réduit en cendres
54. Enfer, niveau quatorze : tes parents comptent sur toi
55. Enfer niveau quinze : on dit que vous êtes de la famille Lu
XII
56. Mon Dieu, maman Ding est ta mère ?
57. Qingwen, une petite servante
58. Quel bel avant-toit aux bords incurvés
59. Funérailles molles
60. Sanzhitang
61. Le vieux fou
62. Comment rapporter cet épisode historique ?
XIII
63. Enfer, niveau seize : lettre de caution
64. Enfer, niveau dix-sept : la couverture aux pivoines
65. Enfer, niveau dix-huit : la porte de l’enfer
XIV
66. Le passage secret en bas de la tour
67. Tout n’a pas vocation à être su
68. Pas de funérailles molles !
69. Douleur émanant du plus profond de l’être
Épilogue
70. Certains choisissent d’oublier, d’autres de noter