La Littérature à l'ère de l'Anthropocène

Une étude écocritique autour des œuvres de l'écrivain taïwanais Wu Ming-yi

Auteur de préface

Stéphane Corcuff

Paru le 20 mars 2019

Adoptant une approche écocritique, Gwennaël Gaffric aborde ici le traitement littéraire des questions écologiques à Taiwan. Il centre son étude sur les œuvres de Wu Ming-yi, figure majeure des scènes littéraire, artistique et militante taïwanaises, mais il s'attache à élargir son propos en mettant en perspective et en dialogue des textes d’autres auteurs taïwanais contemporains, ainsi que des réflexions proposées par des penseurs issus de plusieurs disciplines et de tous horizons géographiques, d’Asie, d’Europe et d’ailleurs. Il réalise ainsi une impressionnante synthèse, où l’écologie devient une ontologie de la relation entre humains et non-humains et un chemin épistémologique pour penser l’Anthropocène.

À la lumière de cette vision écocritique à travers le prisme de Taiwan et de Wu Ming-yi, sont mises en avant trois dimensions de la littérature à l’ère de l’Anthropocène : l’écriture et la narration de la « nature » ; l’écriture et la pratique militante ; l’écriture et la création de devenirs alternatifs. Une bibliographie extensive et trois index achèvent de faire de ce livre un ouvrage de référence.

La Littérature à l’ère de l’Anthropocène dépasse ainsi le cadre de l’île qui a vu naître Wu Ming-yi. S’appuyant sur une méthodologie située au croisement des études taïwanaises, de l’écocritique et de la critique postcoloniale, Gwennaël Gaffric explore de façon pénétrante la manière dont Wu Ming-yi s’empare des questions écologiques pour transcender nos conceptions normatives de l’humain et du non-humain, du local et du global.

Le livre de Gwennaël Gaffric n’est pas seulement la première monographie, toutes langues confondues, consacrée à Wu Ming-yi ; il n’est pas seulement une des rares études en langue française consacrée à la littérature taïwanaise contemporaine ; il est aussi un guide de lecture sur l’un des auteur taïwanais les plus importants de la scène littéraire insulaire et internationale (sélectionné pour le Man Booker International Prize en mars 2018).

La Littérature à l’ère de l’Anthropocène est une réflexion profonde sur ce lieu heuristique d’une écologie de la survie qu’est Taiwan, qui concentre nombre des dimensions de la question : territoire d’une biodiversité exceptionnelle mais menacée, point de passage de nombreuses espèces animales et de groupes humains migrants, biotope global confronté à de nombreux aléas industriels, risques nucléaires, risques naturels, climatiques et géologiques, et société libre dans laquelle les revendications écologiques font partie du débat public.

La Littérature à l’ère de l’Anthropocène est le deuxème volume de la collection « Études formosanes » après Rétro Taiwan, le temps retrouvé dans le cinéma sinophone contemporain de Corrado Neri.

Préface de Stéphane Corcuff.

—-

Gwennaël Gaffric (né en 1987) est maître de conférences en langue et littérature chinoises à l’université Jean-Moulin Lyon 3. Il est l’auteur de plusieurs articles en français, en anglais et en chinois portant sur la littérature sinophone (Chine, Hong Kong et Taiwan). Traducteur littéraire, il dirige à l’Asiathèque la collection « Taiwan Fiction ». Parmi ses traductions parues à l’Asiathèque : la Cité des douleurs (Wu Nien-jen et Chu Tien-wen), Membrane (Chi Ta-wei) et le Magicien sur la passerelle (Wu Ming-yi). Ses récentes recherches portent sur la science-fiction contemporaine sinophone. À ce titre, il est aussi le traducteur de la trilogie de Liu Cixin (éd. Actes Sud) initiée avec le Problème à trois corps, et de la Guerre des bulles, de Kao Yi-feng, éditions Mirobole.

Wu Ming-yi (né en 1971) est professeur de lettres à l’université nationale de Dong Hwa. Connu pour ses engagements écologistes, c’est un auteur majeur de la scène littéraire taïwanaise contemporaine. Parfois comparé à Haruki Murakami et à David Mitchell, il est devenu une voix singulière de la littérature mondiale. Plusieurs de ses œuvres littéraires ont été publiées en français: les Lignes de navigation du sommeil (You Feng, 2013), l’Homme aux yeux à facettes (Stock, 2014, Prix Fiction 2014 au Salon international du Livre insulaire d’Ouessant), le Magicien sur la passerelle (L’Asiathèque, 2017) et une nouvelle de l’anthologie Taipei, Histoires au coin de la rue (L’Asiathèque, 2017).

-+

right

Détails
Prix : 22,00 €
Support:
Livre(s) seul(s)
ISBN :
978-2-36057-190-1
Poids : 
415 g
Nombre de page : 
420
Première publication : 
2019
Dernière édition : 
2019
Catégories
Pays : 
Thème : 
© L'Asiathèque - Maison des langues du monde 2013 Tous droits réservés